Comme Une Image Index du Forum

Comme Une Image
flânerie artistique

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La Mélancolie

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Comme Une Image Index du Forum -> CHEMINS DEJA PARCOURUS -> La Mélancolie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
allegro


Hors ligne

Inscrit le: 05 Mar 2009
Messages: 661

MessagePosté le: Lun 13 Avr - 21:50 (2009)    Sujet du message: La Mélancolie

.


  
LA MELANCOLIE 
                                                                         




(septembre 2008) 








Septembre. Nous entrons dans la mélancolie 


Un nombre très important d'artistes sont nés en septembre-octobre, comme si l'automne agissait sur les nouveaux-nés, s'infiltrait en eux et leur distillait ce (parfois doux) poison qu'on nomme mélancolie. La chute des feuilles, la baisse des températures, le raccourcissement des jours, la reprise de l'activité, tout concourt à faire décliner et péricliter le moral. En automne on verse volontiers dans la morosité. Cependant il ne s'agit pas là de mélancolie, même si ça favorise grandement son apparition. La mélancolie est bcp plus profonde, pernicieuse et mystérieuse. Il s'agit bel et bien d'un poison, qui va imposer à ceux qui l' ont absorbé de courir après un secret non identifié, sans cesse reporté. 
Mélancolie, blues, saudade, quelque chose manque, on ne sait pas quoi, et pourtant on ne pense qu'à ce manque, à cette absence, on court après, encore et encore, et lorsqu'on en est capable on transforme cette quête en oeuvre d'art. 
Nous allons nous attarder ici sur ce beau sujet. 
 







                                                      
                                                     
(La Mélancolie . Albrecht Dürer . 1514)


  


                                




                       
(La Mélancolie . Eduardo De Chirico)



Nous frappent dans cette toile: la statue féminine allongée, le presque-désert des rues, le soleil couchant distillant une lumière déclinante et jaune, les ombres démesurément allongées, et surtout cette ombre portée dont on ne voit pas l'origine.
Etonnante "vision" du peintre: avec cette ombre venue on ne sait d'où, il figure de la façon la plus claire qui soit le mystère de la mélancolie.




    



El Desdichado




Je suis le Ténébreux, - le Veuf, - l 'Inconsolé,
Le Prince d'Aquitaine à la Tour abolie :
Ma seule Etoile est morte, - et mon luth constellé
Porte le Soleil noir de la Mélancolie.


Dans la nuit du Tombeau, Toi qui m'as consolé,
Rends-moi le Pausilippe et la mer d'Italie,
La fleur qui plaisait tant à mon coeur désolé,
Et la treille où le Pampre à la Rose s'allie.


Suis-je Amour ou Phébus ?... Lusignan ou Biron ?
Mon front est rouge encor du baiser de la Reine ;
J'ai rêvé dans la Grotte où nage la sirène...


Et j'ai deux fois vainqueur traversé l'Achéron :
Modulant tour à tour sur la lyre d'Orphée
Les soupirs de la Sainte et les cris de la Fée.


Gérard de Nerval







LE SOLEIL NOIR



Nerval, à la fin du 18ème, trouve d'emblée le mot juste: le soleil noir. On ne saurait mieux dire.
La mélancolie c'est d'abord et essentiellement le sentiment d'avoir perdu qque chose, mais on ne sait pas quoi. On va passer sa vie à courir après cette chose inconnue, en vain bien sûr.
On va regarder partout où porte notre vue, on va écouter tout ce qui est audible, on va aller et venir partout, parfois plein d'espoir, croyant enfin capter ce mystère. Celui-ci va nous échapper, encore et toujours, et on va s'user dans cette quête, on va finir par admettre qu'elle est sans fin et sans objet réel, mais on va poursuivre tout de même, et la quête va devenir à elle-même son propre but.






(La mélancolie . Domenico Fetti . 17ème)





Le regard du mélancolique est déchirant pour cette raison: il est tendu vers un ailleurs illusoire, il est las, il n'espère plus vraiment. Et le soleil noir de la mélancolie brille au loin.
 


                                                                                                         

.


Dernière édition par allegro le Lun 13 Avr - 22:16 (2009); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 13 Avr - 21:50 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
allegro


Hors ligne

Inscrit le: 05 Mar 2009
Messages: 661

MessagePosté le: Lun 13 Avr - 22:00 (2009)    Sujet du message: La Mélancolie

.





Etymologie
 


Le mot "mélancolie" vient du grec ancien "melagkholia", qui voulait dire bile noire, autrement dit une sécrétion du corps malsaine (une des quatre "humeurs" selon Hippocrate).


On pense tout de suite à l'expression "se faire de la bile".




.


Dernière édition par allegro le Lun 13 Avr - 22:17 (2009); édité 2 fois
Revenir en haut
allegro


Hors ligne

Inscrit le: 05 Mar 2009
Messages: 661

MessagePosté le: Lun 13 Avr - 22:02 (2009)    Sujet du message: La Mélancolie

.

 


Corot. Mélancolie (vers 1860)



Elle n’a jamais manqué de rien. Elle est née dans la bonne société, a appris les bonnes manières, sait tenir un ménage, et excelle même dans l’art de la discussion si nécessaire lors des dîners. Ce matin, comme tous les jours, elle a soigneusement peigné sa belle chevelure, répartie en deux masses compactes de part et d’autre d’une raie bien droite, et relevé les pointes en un chignon bien sage, laissant sa nuque à découvert comme un appel à autre chose. Puis elle a choisi une robe, une jolie robe à volants de vraie dame. Mais maintenant, alors même qu’elle n’a pas terminé sa toilette, soudain, tout cela lui parait vain, la coiffure, la robe, la journée qui arrive. Ses épaules s’affaissent, sa tête est comme un poids dans son poing fermé. Que faire, quoi dire ? Il n’y a rien à faire, il n’y a rien à dire. Elle n’a jamais touché cet autre, cet ailleurs, ce paradis perdu, elle n’a jamais mangé la pomme, elle ne trouve pas le chemin du mystère, de la beauté, du sens. Il n’y a pas de sens. Il n’y a aucun sens. Mais elle continuera à le chercher, et pour cela, elle regarde le peintre avec un furtif espoir, si léger, si ténu, qu’il en est presque invisible.
On peut avoir l’air d’une dame bien sage, et être un abîme de désespoir, au centre duquel persiste, incongru, l’espoir.


(Lilas)



.


Dernière édition par allegro le Lun 13 Avr - 22:22 (2009); édité 1 fois
Revenir en haut
allegro


Hors ligne

Inscrit le: 05 Mar 2009
Messages: 661

MessagePosté le: Lun 13 Avr - 22:04 (2009)    Sujet du message: La Mélancolie

.








Voici encore un tableau dont le titre est Mélancolie. Il est de Francesco Furini (Italie début 17eme).
Il est tout simple, puissamment réaliste et émouvant. Ce beau visage de femme porte bcp de douleur.
Le désordre des vêtements, la quasi-nudité du buste, ajoutent au trouble de l'ensemble.














La mélancolie selon De Chirico




Dans le prolongement de la toile montrée plus haut, on trouvera ci-dessous une série de tableaux de Giorgio De Chirico, qui suent l'angoisse, la déprime, la mélancolie par tous les pores.


(L'ensemble en dit long sur la solitude et la souffrance que ça peut être parfois...)






(Mystère et mélancolie d'une rue . 1914)



Voici d'abord "Mystère et mélancolie d'une rue". On notera, comme dans celui déjà montré, l'ombre humaine sans origine à droite.










(Le chant d'amour . 1914)


Même année que le précédent. Un gant de caoutchouc dans un chant d'amour...










(Mélancolie hermétique . 1918)



Dans celui-ci on éprouve physiquement un sentiment d'éloignement, de resserrement et d'aléatoire.






On voit bien dans ces trois tableaux superbes à quel point la mélancolie, ce sentiment de perte irrémédiable de quelque chose qu'on ne parvient pas à identifier, peut "nourrir" l'inspiration d'un artiste, de façon toujours renouvelée.




.


Dernière édition par allegro le Lun 13 Avr - 22:33 (2009); édité 1 fois
Revenir en haut
allegro


Hors ligne

Inscrit le: 05 Mar 2009
Messages: 661

MessagePosté le: Lun 13 Avr - 22:09 (2009)    Sujet du message: La Mélancolie

.



 
Parlant de la mélancolie, Freud a dit une chose importante: selon lui

" l'homme mélancolique est celui qui a approché la vérité de si près qu'il en est tombé malade"




.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:53 (2017)    Sujet du message: La Mélancolie

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Comme Une Image Index du Forum -> CHEMINS DEJA PARCOURUS -> La Mélancolie Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com