Comme Une Image Index du Forum

Comme Une Image
flânerie artistique

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Miniatures persanes
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Comme Une Image Index du Forum -> CHEMINS DEJA PARCOURUS -> Miniatures persanes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
allegro


Hors ligne

Inscrit le: 05 Mar 2009
Messages: 661

MessagePosté le: Sam 29 Aoû - 16:59 (2009)    Sujet du message: Miniatures persanes

.


MINIATURES PERSANES


**************************************





L'une des vertus d'internet est, parfois, de nous faire découvrir des oeuvres picturales
presque inconnues, et pourtant d'une qualité et d'une beauté remarquables.

C'est le cas des miniatures persanes.
Sur d'autres forums, bien avant celui-ci, des gens ont montré de ces petits trésors et j'en ai cherché de mon côté.

Nous allons le voir ici, les miniatures persanes ont cette qualité rarissime de paraitre naturelles, allant de soi, évidentes, elles ont toujours été là et le seront toujours. La filiation avec la Chine, et sans doute aussi le Japon, saute aux yeux, ces civilisations très anciennes ont su donner naissance à des oeuvres d'une apparente simplicité qui sont d'un raffinement, d'une délicatesse, d'une intelligence du trait et de la composition incomparables.






Celle que l'on voit ci-dessus est remarquable. La partie gauche est entièrement faite de courbes, la partie droite est moins souple, moins ondoyante. Les courbes de la partie gauche sont essentiellement celles de la racine-branche, répondant à celles du cheval. L'arbrisseau tortueux planté aux 2/3 droite vient arrêter cette harmonie incurvée, il laisse place aux formes plus raides, plus verticales, plus impératives de la partie droite, où le "cyprès" qui s'élance appuie l'autorité du chasseur assis...



*****






Pour des regards occidentaux plus accoutumés au clinquant, il faut faire un effort d'attention et regarder de près cette autre miniature.






Elle est dans des tons pastel, à la limite du translucide par endroits. Animaux pourchassés et cavaliers voguent peut-être sur les eaux d'un lac...qui sait? L'horizon est borné par ce "bourrelet" gris, sorte de sommet de la colline tout en arrondi (le premier qui dit que ça évoque un sein féminin a surement gagné..), dont la forme est accompagnée, épousée, par deux autres formes plus sombres: le cheval brun et le cerf (ou daim?) gris, dont l'un monte tandis que l'autre descend, comme le sommet derrière eux. L'inclinaison des chevaux vers le haut renforce puissamment l'impression de galop, de vitesse, d'élan (même s'ils gardent un côté aérien, un peu flottant), tandis que les cerfs descendent, l'un légérement et l'autre bcp, marquant par là très simplement leur fatigue, leur peur, leur déclin (c'est le cas de le dire). On note que l'animal de gauche est de couleur très pâle, on ne le voit pas au premier coup d'oeil, mais cette invisibilité est aussi due au fait, bcp plus important à mon avis, qu'il échappe à la composition principale. Il est presque hors-champ, hors du champ principal où s'équilibrent et se répondent la colline, les cavaliers et le cerf gris, on imagine très bien ce que serait la miniature sans lui, il en devient presque gênant pour le regard.


Or justement...tout le talent du miniaturiste est d'avoir grâce à lui cassé la symétrie de la composition, d'avoir empêché que le spectateur s'installe dans le confort de l'équilibre classique, et d'avoir introduit un élément de trouble, de dysharmonie, de drame émanant de la technique picturale elle-même. La bête est presque dehors, elle penche dangereusement, et les autres éléments de la miniature la rejettent. Elle condense à elle seule toute la tragédie du tableau.


*****



.


Dernière édition par allegro le Dim 30 Aoû - 14:58 (2009); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 29 Aoû - 16:59 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
allegro


Hors ligne

Inscrit le: 05 Mar 2009
Messages: 661

MessagePosté le: Dim 30 Aoû - 14:56 (2009)    Sujet du message: Miniatures persanes

.







La chose ci-dessus est aussi en principe une miniature persane, mais elle n'en a que le nom. A mon humble avis il s'agit plutôt d'un dessin publicitaire pour Air Téhéran, destiné à attirer le touriste américain ou japonais (ou même français, tiens!). Ce qui s'étale ici est l'équivalent iranien de ces horreurs qu'on trouve à Montmartre sur la butte, sous le pinceau d'une armée de besogneux qui nous refont à longueur d'année de pâles copies d'Utrillo (lequel, déjà, ne brillait pas vraiment par son génie) en montrant leur meilleur profil aux appareils qui crépitent autout d'eux...

Ici, donc, tout est réuni pour flatter le goût touristique, jolie jeune fille, blanche colombe, turban on ne peut plus typique, vêtements soyeux, gestes gracieux et tendres, sourire léger sur une adorable petite bouche (qu'un américain standard du Middle West a forcément envie d'embrasser). Le summum est atteint par les yeux de la belle: on se demande bien pourquoi l'"artiste" ne les a pas étirés davantage, quitte à faire le tour de la tête! Les orientales ont les yeux en amande, c'est bien connu, alors allons-y gaiment, on va leur en donner pour leur argent!

Le tout dans une symétrie parfaite, dans un équilibre sans faille (la géométrie ça rassure!), avec même ici et là une petite touche de bleu sans aucune nécessité, sinon de remplir le vide de la composition à cet endroit. Le stéréotype règne en maitre, en dictateur, tout est lisse, propre, bien fini, prévisible, tout est au rendez-vous de ce qu'attend notre touriste...Bling bling !




.


Revenir en haut
allegro


Hors ligne

Inscrit le: 05 Mar 2009
Messages: 661

MessagePosté le: Dim 30 Aoû - 15:03 (2009)    Sujet du message: Miniatures persanes

.








On est d'abord frappé ici par les coloris chauds, francs, rutilants, et, pour ce qui est du fond, tout à fait irréalistes: ces teintes bien sûr n'existent pas dans la nature, surtout pas le rouge vif qui entoure le personnage. Tout se passe comme si, derrière elle, la forêt avait pris feu, tout se passe comme si la jeune fille, dans une tentative dérisoire, tentait d'éteindre les flammes avec son petit versoir. Mais il y a plus: à ses pieds, dans le sol (et pour l'un d'entre eux à l'aplomb de son filet de liquide), naissent, poussent, surgissent, des visages fantomatiques d'hommes chevelus et d'âge mûr, tout entiers tournés, tendus vers elle. S'agit-il d'ancêtres qui hantent les lieux? S'agit-il d'émanations du feu, réveillées ou même créées par la chaleur? S'agit-il de vieux satires un peu voyeurs? Est-ce qu'elle les repousse? Est-ce qu'elle arrose le sol pour les faire pousser? Une foule de questions viennent à l'esprit...

Et puis il y a la femme, toute à ses gestes gracieux, aussi irréalistes que l'incendie, jambe droite fléchie devant l'autre, bras gauche barrant le buste, bras droit dessinant une courbe (reprise et amplifiée par le vol de l'oiseau dans le ciel), courbe résolument inutile pour l'accomplissement de la tâche (verser du liquide), mais résolument féminine et qui retient le regard. Elle le retient d'autant plus que la combinaison des deux bras aux courbes contraires fait saillir un sein et donne à l'ensemble une touche très érotique. Serions-nous là dans le secret de la miniature? Ces figures un peu salaces jaillies du sol, ou du feu, ou des deux, ne sont-elles là que pour se régaler de la beauté d'une jeune femme? La lueur et le rouge de l'incendie sont-ils là pour dire le désir? Et cette jeune beauté est-elle là pour éteindre ou pour allumer les flammes? Pour faire naitre ou pour repousser ces visages inquiétants?

Quelles que soient les réponses à toutes ces questions, on est ici dans une démarche beaucoup plus contemporaine, qui tente d'assumer l'héritage des miniatures classiques tout en maniant un peu l'outrance, le féérique, voire la provocation (discrète). C'est aussi très beau.




.


Revenir en haut
allegro


Hors ligne

Inscrit le: 05 Mar 2009
Messages: 661

MessagePosté le: Dim 30 Aoû - 15:11 (2009)    Sujet du message: Miniatures persanes

.






Le chacal essaie de faire peur au lion, mais le lion se marre...



***







Voici une autre très belle miniature, qui donne à voir sans doute le centre actif d'une ville persane (rappelons que Perse est l'ancien nom de l'Iran) il y a bien longtemps.

On est d'abord frappé par la richesse et l'étonnante harmonie des couleurs. Puis par la composition: à gauche, semble-t-il, un espace privé, communiquant par une porte avec l'espace public (rue ou place). Beaucoup de personnages. On note également l'absence de perspective (autre sujet sur lequel il faudra revenir) qui oblige le regard à circuler dans tout l'espace de l'image, au lieu d'être happé par des lignes qui l'entrainent vers un sujet central.




.


Revenir en haut
allegro


Hors ligne

Inscrit le: 05 Mar 2009
Messages: 661

MessagePosté le: Dim 30 Aoû - 15:16 (2009)    Sujet du message: Miniatures persanes

.



Oh la belle bleue !





L'amoureux (transi bien sûr) tend sa tasse à la belle bleue, laquelle, si je ne me trompe pas, va lui verser du thé (ou un philtre d'amour, mais là c'est inutile, le monsieur est déjà accro..) à l'aide d'un tuyau. Ils sont très beaux tous les deux, les couleurs violentes de leurs vêtements disent leur ardeur.

On admire en particulier les visages ici. La façon dont le sourcil droit des amants se transforme en arête du nez semble toute naturelle, mais elle est en réalité très sophistiquée, elle souligne discrètement le regard, elle le met en valeur, et l'essentiel des sentiments qu'ils éprouvent l'un pour l'autre passe par là. J'aime aussi beaucoup le geste du jeune homme, dont la main droite est posée sur la robe de la femme qu'il aime, sans qu'on sache s'il ne fait que toucher-tâter le tissu, ou s'il caresse la cuisse à travers...



***










Il faut croire que les persanes passaient leur temps à servir à boire aux hommes (on ne sait pas s'il s'agit ici d'un rituel amoureux, la femme peut-être rafraichit un voyageur de passage)

On notera également l'inclinaison des têtes de l'homme et de la femme, inclinaison qui les fait tendre l'un vers l'autre, et qui forme comme un arc au-dessus de la tasse, de la carafe et des mains...




.


Revenir en haut
allegro


Hors ligne

Inscrit le: 05 Mar 2009
Messages: 661

MessagePosté le: Dim 30 Aoû - 15:44 (2009)    Sujet du message: Miniatures persanes

.








Etonnante et savante harmonie des courbes de l'arbre avec celles de la femme, comme si cette dernière cherchait à se fondre dans la nature. On croit comprendre ici, mais sous réserve, que l'être minuscule debout à ses pieds tend les bras vers la femme poétiquement accrochée à l'arbre. C'est peut-être sa mère, mais alors elle n'est guère du style maman poule, les bras tendus vers elle ne l'émeuvent nullement...Elle préfèrerait sans doute se replonger dans sa rêverie...



***




Encore une exquise petite chose, dans laquelle on voit un cavalier se régaler du spectacle d'une belle descendue de cheval pour se laver.





La même, détaillée.






.


Revenir en haut
allegro


Hors ligne

Inscrit le: 05 Mar 2009
Messages: 661

MessagePosté le: Dim 30 Aoû - 16:22 (2009)    Sujet du message: Miniatures persanes

.


D'autres reproductions, glanées sur un site en anglais.




(Persian girl smoking)



***




(Two lovers)



***




(Shah Abbas and wine boy)


En découvrant ces oeuvres on est partagé entre la joie de la découverte, le plaisir de la nouveauté, et le sentiment persistant que ces miniatures sont "évidentes", qu'elles ne peuvent pas ne pas exister et, d'une certaine façon, qu'on les a toujours connues.

Peut-être cela vient-il du fait que l'on éprouve une sensation de paix, de quiétude même, les visages sont sereins, sans trace d'agitation ou d'anxiété, la fumeuse fume, les amants s'enlacent, tout est en place, tout va bien dans ce monde-là; les êtres et les choses ont une sorte de nécessité, de permanence, d'éternité.



***




(Mahmoud and Ayaz)



On admire et on admire encore, on savoure les coloris riches et multiples, on se repait de la composition, superbe.

Certains connaisseurs disent que l'art de la miniature en général, et celui de la persane en particulier, n'aime pas du tout le vide. C'est même un combat constant. En effet, au regard de tout ce que nous avons déjà vu, on observe que les artistes s'emploient à ne pas laisser d'espaces inoccupés, ils meublent chaque "trou" avec des éléments de végétation, buissons, arbrisseaux, etc, ou avec des accessoires comme des paniers, des carafes...Ce remplissage systématique donne aux miniatures un caractère propre, reconnaissable au premier coup d'oeil: il n'y a pas d'échappée de l'oeil, il travaille à plat tout le temps.

(Ajoutons qu'il n'y a pas non plus de perspective, ce qui ajoute à ce sentiment d'a-plat.)




.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:27 (2017)    Sujet du message: Miniatures persanes

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Comme Une Image Index du Forum -> CHEMINS DEJA PARCOURUS -> Miniatures persanes Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com